article 3 : L'enfance de Mimie Mathy

article 3 : L'enfance de Mimie Mathy

Année 1957 : La naissance de Michèle Mathy

Mimie Mathy, de son vrai nom, Michèle, Lucette Mathy, est née le lundi 8 juillet 1957 à 4h20 à la clinique Saint- Joseph à Lyon. Première enfant, du couple Roberte et Marcel Mathy, deux jeunes parents qui vivait à Bron, près de Lyon dans une cité de trois bâtiments. Le papa, Marcel, était ouvrier, à ce moment-là, dans une entreprise responsable du service des transports, Paris-Rhône et la maman, Roberte, mère au foyer à l'arrivée de Mimie. Ce 8 juillet, la nouveau-née, Mimie mit plus de 20 minutes à pousser son premier cri. En cette attente de signe de vie, sa maman, Roberte, c'est dit : « Si elle survit elle aura forcément un destin hors du commun ». Sa grand-mère paternelle, mamie Yette, est allée le lendemain à la rencontre de sa petite fille à la clinique. Elle croisa Marcel, le papa de Mimie dans les couloirs, qui lui dit : « Tu sais, tu vas la voir jolie ta petite fille, mais tu risques d'avoir un choc ». Effectivement quand Yette, a vu Mimie pour la première fois, elle a tout de suite compris que Mimie était différente sans en connaître la raison.
 
Rédaction par Sophie R.
Photos : Famille de Mimie Mathy

article 3 : L'enfance de Mimie Mathy

Année 1958 : La découverte de l'achondroplasie
 
À cette époque, l'échographie n'existant pas encore, il n'y avait aucun moyen de connaître la particularité physique de Mimie. Un jour en 1958, quand Mimie avait environ 1 an, Yette, avait tricoté des brassières pour Mimie et sa cousine Dominique, qui celle-ci a quelques semaines d'écart avec Mimie. Yette se rendit compte alors que Mimie ne grandissait pas normalement. C'est ainsi qu'un jour,  pendant que les parents de Mimie étaient partis se promener à Grenoble, Yette emmena Mimie chez le pédiatre à Bourg. Celui-ci, lui avoua que Mimie était atteinte d'achondroplasie. Une maladie génétique rare liée à la croissance osseuse se caractérisant par des traits physiques particuliers tels que la petite taille, due à des membres courts (jambes et bras). Ses parents, par la suite l'ont emmené chez « la doctoresse », qui confirma le diagnostic du pédiatre. Ils ont consulté plusieurs médecins dont l'un d'entre eux qui leur informèrent que Mimie avait de fort risque de ne pas dépasser soixante-quinze centimètres et qu'elle ne marchera probablement jamais. Un autre spécialiste évoqua la possibilité d'une opération pour éventuellement gagner quelques centimètres. Cette opération consistée à écarteler les coudes et les genoux avec des ferrailles pendant au moins deux ans. Les parents de Mimie refusèrent la proposition de l'opération en se disant que Mimie s'en sortira même avec sa différence.  Plus tard, quand Mimie était en âge de comprendre, ses parents lui reparlèrent de l'opération et elle était du même avis. Ce n'est pas avec dix centimètres de plus que ça changera quelque chose. Ils ont toutefois essayé des injections durant 1 an qui devait servir à fortifier le cartilage. Une appréhension pour Mimie qui recevait des piqûres dans le ventre ou bien dans l'arrière cou. Un traitement qui n'a pas prouvé son efficacité.
 
Le 25 décembre 1958, Mimie avait alors 18 mois. Ce fût le deuxième Noël de Mimie et ce jour-là, la magie de Noël opéra. Au matin, alors que le Père Noël était passé et que de nombreux jouets étaient arrivés au pied du sapin, Mimie qui était au sol debout entre ses parents, fit ses premiers pas pour aller jusqu'au sapin. Elle marchait, un vrai miracle après ce que les médecins avaient annoncé ! Un souvenir très émouvant pour les parents de Mimie.
 
Rédaction par Sophie R.
Photos : Famille de Mimie Mathy

article 3 : L'enfance de Mimie Mathy

Année 1959 : Lourdes

Dans l'espoir d'un miracle, vu que la science nous pouvait rien contre l'achondroplasie, quand Mimie avait de 2 ans, ses parents étant très croyants, ils l'ont emmené à Lourdes. On ne sait si le miracle a eu lieu mais n'empêche qu'aujourd'hui Mimie mesure un mètre trente-deux au lieu des soixante-dix centimètres envisagé par un médecin.

Année 1960 : Bienvenue Marie et bonne rentrée Michèle !
 
Le temps passe est Mimie se construit dans cette famille à trois membres unies. Mimie était une petite fille de caractère, profitant de ses premiers moments de vie avec ses parents. Les parents de Mimie l'éduquèrent dès le plus jeune âge dans le respect, en lui expliquant qu'elle est différente mais qu'elle devait s'adapter à ce monde qui ne s'adaptera pas à elle. Le tout premier souvenir que Mimie est gardé en mémoire fût le repas de son troisième anniversaire. Celle-ci ne voulait pas voir les gens invités pour son anniversaire. Alors elle s'est mise sous la table avec une amie de ses parents pour souffler ses bougies, puis est remontée. Cela a fait rire tout le monde, même ses parents qui étaient plutôt sévères. Le 5 septembre 1960, la famille s'agrandit est la petite Michèle devient grande s½ur ! Marie, la deuxième fille du couple vient de naître. Un bonheur pour les parents, mais aussi pour Mimie. Quelques jours plus tard, un autre grand moment était arrivé pour Mimie : sa première rentrée scolaire ! Comme beaucoup de parents, ce premier jour d'école inquiétait Roberte et Marcel. Mais au bout de quelques minutes, Mimie était parfaitement intégrée, et était même la chef de bande d'une dizaine de copines. Mimie qui était assise dans les premiers rangs finissait au fond de la classe pour cause de bavardage. Avec Marie, Mimie interprétait parfaitement le rôle de grande s½ur.
 
Rédaction par Sophie R.
Photos : Famille de Mimie Mathy

article 3 : L'enfance de Mimie Mathy

Année 1962 : Prise de conscience de sa différence
 
Deux ans plus tard, en 1962, Mimie est désormais une petite fille qui se forge de caractère. À l'âge de 5 ans, elle découvre davantage le monde qui l'entoure. Elle avait déjà eu des conversations avec ses parents sur sa différence, mais c'était encore très abstrait. Dans le quartier où elle vivait, chacun la connaissait comme la petite Mimie, mais personne ne lui en faisait référence. La première fois, que Mimie a eu une approche de sa taille, s'était en juillet 1962. La famille Mathy, qui était en vacances dans un petit village, était allée faire des courses dans une boucherie. Des clientes se sont mises à chuchoter lorsque la famille sortait du magasin. Mimie est revenue sur ses pas, au milieu de la boutique a tourné sur elle-même, et à demander aux clientes si elle avait bien tout vu. Puis elle est ressortie de la boucherie. . Cela a complètement retourné la situation car ce sont les clientes qui se sont senties très mal. Une première réaction sur sa différence qui a rassuré ses parents, en se disant, ce qu'ont pensé est justifiée, elle ne se laissera pas marcher sur les pieds. Par la suite, quand les gens dans la rue se retournaient sur elle, Mimie regardait ces personnes et leur tirait la langue.
 
Rédaction par Sophie R.
Photos : Famille de Mimie Mathy

article 3 : L'enfance de Mimie Mathy

Année 1963 : Mimie découvre les livres !
 
Au cours de l'année 1963, Mimie fit sa dernière année en maternelle. Viens ensuite l'été et la famille Mathy passèrent quinze jours dans une maison louée pour les vacances. Avant sa rentrée en CP, les parents de Mimie essayèrent de faire apprendre à Mimie un certain nombre de choses qui lui servira pour l'école primaire, dont l'arbre généalogique. Mimie a ainsi découvert que sa grand-mère était la maman de sa maman. Cette anecdote reste le plus grand choc qu'elle a connu dans son enfance. « Non, mais ce n'est pas possible ! Tu es ma maman... Et toi ma grand-maman ? ». Elle n'arrivait pas à y croire. En septembre 1963, la petite Marie, venait d'avoir 1 an, et la grande Mimie rentra dans la grande école, l'école primaire en cours préparatoire. Sa rentrée scolaire, c'est aussi bien passer que les précédentes. Mimie toujours bavarde en classe, était toujours entourés de copines. Cette année, est cruciale, car elle débute de manière formelle l'apprentissage de la lecture. Un nouvel univers que Mimie découvrit petit à petit avec joie. C'est ainsi que Mimie se prit de passion pour la lecture. Elle dévora ainsi les aventures de « Oui-Oui » et les aventures d'un groupe d'enfants dans la collection « Le Club des cinq ». Le monde de la lecture est aussi un monde lié à l'imagination. Mimie commença donc à faire des rêves comme tous les enfants de son âge. Au point, d'imaginer qu'elle serait une princesse et qu'en apprenant sa différence la famille royale l'aurait abandonné, et c'est retrouver dans la famille Mathy... Une histoire fraîchement sortie de son imagination, ses parents l'ont rassuré en lui disant qu'elle était bien leur fille. Une enfant donc rêveuse, et souriante à la vie, ainsi que déjà très optimiste : un bel héritage que ses parents lui on transmit.
 
Rédaction par Sophie R.
Photos : Famille de Mimie Mathy

article 3 : L'enfance de Mimie Mathy

Année 1964 : Bienvenue à Frédérique !
 
Le 24 avril 1964, la famille Mathy s'agrandit de nouveau ! Frédérique, la cadette, vient de naître, un nouveau bonheur pour la famille. À la rentrée de l'année 1964, Mimie intègre la classe des CE1. En rentrant de l'école, le chocolat chaud que lui préparer sa maman était un vrai moment de plaisir. Mimie n'était pas très enthousiaste à faire ses devoirs. Ses parents étaient toujours derrière elle pour lui apprendre la vie et à fixer des limites. La jeune Mimie continua son chemin, est appris de plus en plus en la vie. C'est ainsi qu'un jour, elle entendit pour la première fois le mot, que son entourage n'avait jamais prononcé. Après une petite dispute avec un voisin de son âge, à cause d'un livre qu'il ne voulait pas lui prêter et que Mimie avait déchiré, le voisin, Jean-Paul lui dit : « D'abord t'es une naine. ». Mimie trouva alors ce mot moche, puisqu'il a était employé de manière injurieuse. Par la suite, elle évita de l'employé. La mère de Jean-Paul et venue voir Roberte en étant désolé de ce qui s'était produit. Le 8 décembre 1964, le film « Angélique, marquise des Anges » sortie en France. Mimie, découvrit ce film avec un regard différent de l'ensemble du public. Mimie de naturelle optimiste se voyait plus en Angélique plutôt qu'en nain fourbe et cruel ! Pour elle, ce film l'a marqué d'une prise de conscience quant à la place que l'on donnait aux « nains » dans l'inconscient collectif.
 
Rédaction par Sophie R.
Photos : Famille de Mimie Mathy

article 3 : L'enfance de Mimie Mathy

Année 1965 : La vie quotidienne de la famille Mathy
 
En 1965, à Bron, la famille Mathy continuait le cours de leur vie. Marcel, travaillait toujours dans l'entreprise Paris-Rhône. Il égaya de temps à autre, les oreilles des filles de la maison avec son saxophone, étant un amateur de cet instrument. Il s'occupa de la paroisse, grâce à la foi qu'il partageait avec son épouse Roberte. Celle-ci, heureuse mère de trois filles, Michèle (Mimie), Marie et Frédérique, était ravie de s'occuper de ses enfants avec son époux. Ils partagèrent de nombreux moments ensemble.

Les Noël, dans la famille était sacré. Le 24 décembre au soir toute la famille allait à la messe de minuit. L'ouverture des cadeaux se faisait le lendemain matin, les filles étaient levées très tôt à cause de leur impatience. Les repas de famille étaient également un moment particulier. Tout était près la veille pour le lendemain et il était interdiction de mettre les pieds dans la salle à manger ni de toucher à la nourriture prête dans la cuisine. La grande vaisselle était de sortie et la table joliment décorer. La grande famille Mathy, était réunie autour de la table, parents, enfants, grands-parents, cousins, cousines... Des heures passaient autour d'une table à refaire le monde. Puis vient la tradition de la famille, au lieu de sortir le traditionnel jeu de cartes, la famille chanta en ch½ur avec leur plus belle voix, bien souvent la chanson « La Tendresse » de Bourvil, l'hymne de la famille. Mimie n'était pas la dernière pour pousser la chansonnette. Elle n'interprétait que des airs tristes : « Le facteur » de Georges Moustaki, « L'enfant au tambour » de Nana Mouskouri, « La source » d'Isabelle Aubret, l'histoire d'une fille qui se faisait violer. De quoi mettre « l'ambiance » ! Elle se mettait debout sur la table et chantait avec ses cousins et cousines. Sa famille trouvait qu'elle avait une jolie voix. Ses parents décidèrent ainsi de l'intégrer à la chorale paroissiale. Malgré qu'elles ne jouaient pas aux cartes aux repas de famille, Mimie et ses frangines, jouaient régulièrement avec leur grand-mère maternelle au Monopoly ou à la crapette, qui celle-ci leur offrit un billet de 5 francs si ses petites filles remportaient la partie.

Au cours de ses 8 ans, Mimie pris vraiment conscience de sa différence dès lors que sa petite s½ur Marie, alors âgée de 5 ans, commença à la dépasser de quelques centimètres. Mimie ne ressentit aucune rancune, ni aucune jalousie. Ses petites s½urs, l'ont toujours considéré comme leurs grandes s½urs. Elles défendaient Mimie, en tirant la langue aux personnes qui se moquaient d'elle. Ses parents, l'ont toujours appelée « Ma grande », et ne faisaient aucune différence entre leurs trois filles. La seule différence, était que Mimie avait des robes taillées sur mesure par sa maman et que celle-ci, au fur et à mesure, récupérer les anciens vêtements de ces petites s½urs.

Les trois s½urs Mathy, avaient également la chance d'avoir leur grand-mère paternelle, qui possédait une baraque foraine. C'est pour cela que pendant les vacances scolaires, et durant plusieurs années, Mimie jouait à la marchande de berlingots, de nougats, de barbes à papa et de pomme d'amour. Mamie Yette, la grand-mère paternelle de Mimie, commerçante et femme de courage, invitait à tour de rôle et par tranches d'âge ses seize petits-enfants. Jusqu'à l'âge de leurs 12 ans, Mimie et ses s½urs, pouvaient user de tous les manèges de la région lyonnaise gratuitement ! Le rêve de tous les enfants.
 
Rédaction par Sophie R.
Photos : Famille de Mimie Mathy

article 3 : L'enfance de Mimie Mathy

Année 1966 : Les premières vacances à Seignosse !
 
Nous voici arrivés en 1966. La jeune Mimie, qui a 9 ans cette année-là, est maintenant, une jeune fille qui va bientôt être une préadolescente. Les aventures de « Oui-Oui » de la bibliothèque rose ont laissé place à celle des aventures de l'enquêtrice Alice de la bibliothèque verte. Des aventures policières pour enfants, que Mimie lisait jusqu'à tard dans la nuit sous ses couvertures avec sa lampe de chevet coincé entre le traversin et sa taie d'oreiller, afin de ne pas éveiller les soupçons de ses parents qui avaient instauré le couvre-feu familial.

La famille Mathy, emménagea dans un nouvel appartement suite à la promotion de Marcel qui passa responsable du service transport de son usine. Afin d'emménageait tranquillement, les parents avaient confiés les filles, à des amis. Une amie de Roberte, Suzon, emmena Mimie voir le film qui marqua pour toujours sa vie « La mélodie du bonheur ». Un film musical, qui attendrit et fit rêver Mimie.

L'année scolaire se termina, et le résultat des notes de Mimie en classe de CE2, était comme les années précédentes. Beaucoup de relâchement au premier trimestre, un petit effort au second mais pas suffisent et un troisième trimestre avec le travail nécessaire pour éviter le redoublement. Pourquoi avoir des notes excellentes vues que la moyenne suffit ? Une sorte d'habitude que l'élève reproduisit chaque année scolaire.

L'été arriva enfin et les vacances aussi. Le réveil sonna à deux heures du matin un jour au début du mois de juillet, mal en fer accroché à la 4L bleue marine de la famille, siège arrière rabattu et remplacé par des matelas et coussins du canapé pour que les trois filles puissent dormir pendant le trajet. La famille Mathy est en route pour Seignosse. Au programme des vacances, journée de bronzette sur la plage, des baignades, des parties de volley pour les parents et des jeux avec les amis que les filles Mathy retrouver l'année suivante. Le soir, la famille Mathy partageait l'apéritif avec leurs amis de vacances. Des Chips, des canapés tartinés, des saucisses rouges à la moutarde et les cacahuètes réservées aux adultes, tout était installé sur la table pour partager un moment conviviale. Un sirop de grenadine ou de menthe pour les enfants en guise de fraîcheurs, et les voilà reparties à s'amuser afin de profiter des heures où habituellement ils sont déjà dans les bras de Morphée. Malheureusement, les vacances déjà terminées, à leur retour les amis de Bron ne sont pas là pour admirer les peaux toutes bronzées des filles puisqu'ils sont partis à leur tour en vacances. Les filles profitent ainsi de leur dernier mois de vacances. Beaucoup de lecture, quelques parties de jeux entre s½urs, et des tours de manège à la fête foraine, l'amusement était au rendez-vous. Puis vient le repas d'anniversaire de la cadette Frédérique qui fête ses 2 bougies. La vaisselle est toujours de sortie et les chansons plus que jamais au programme. Un dernier instant de détente avant de reprendre l'école.

À la rentrée de l'année 1966, Mimie intègra l'école primaire Alsace Lorraine de Bron, une nouvelle école en raison du déménagement de la famille. Mimie âgé de 9 ans, fait son entrée en CM1 et sa petite s½ur Marie son entrée en CP. Ses parents l'ont présenté à la directrice ainsi qu'à toutes les institutrices de l'école primaire, afin de les informer de sa différence. Son institutrice l'a ensuite emmenée dans la classe en la présentant à ses nouveaux camarades tout en leur expliquant la particularité de Mimie. Et comme à chaque rentrée, l'institutrice la fit asseoir au premier rang. Puisque quand Mimie est assise, elle fait la même taille que c'est camarade ; le buste est de taille normale ; quelque temps plus tard, l'institutrice la relégua au fond de la classe. Mimie était toujours aussi dissipée même avec ses nouveaux camarades. Elle ne mit pas longtemps à s'intégrer. En CM1, beaucoup de filles dans la classe de Mimie, commençaient à avoir des petits amis. Les filles aimaient raconter qu'elles les embrassaient sur la bouche. Une incompréhension pour la jeune Mimie : pourquoi les garçons préfèrent embrasser une grosse boutonneuse plutôt qu'une petite de 1,32 m ? Une question, qui fît verser quelques larmes à Mimie le soir dans sa chambre mais au lieu d'avoir un petit ami, elle avait la chance d'avoir plein de copains de qualité, ce qui lui redonna facilement le sourire.
 
Rédaction par Sophie R.
Photos : Famille de Mimie Mathy
 
Blog sur Mimie Mathy
mimiemathylove270805
Publié par Sophie R.

Tags : la vie de mimie

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.162.133.222) if someone makes a complaint.

Comments :

  • kimojackson6

    03/08/2018

    Passe une bonne fin d'aprém kiss kimo

  • kimojackson6

    03/08/2018

    Porte toi bien

  • kimojackson6

    03/08/2018

    Bonjour mon amie

  • kimojackson6

    03/08/2018

    Sublissime je kiffe grave

  • kimojackson6

    03/08/2018

    Magnifique j'adore

  • francoise1

    03/08/2018

    bonne soirée
    bonne nuit
    bisous

  • Guynia

    01/08/2018

    une superbe revanche sur la vie, chapeau, Mimi !

  • Josephineangegardien49

    01/08/2018

    Bonjour
    C'est avec grand plaisir
    Que je passe te souhaiter
    La plus douce des fin de journées
    Bisous

  • choupettedu49

    31/07/2018

    ╔༺☘️༻❀༺♥༻༺☘️༻❀༺༻❀༺♥༻༺♥༻༺❀༻♥༻╗
    ║╰⊱☘️❤️Bonne soirée ❤️╰⊱☘️⊱╮║
    ╚༺☘️༻❀༺♥༻༺☘️༻❀༺♥༻༺༻❀༺♥༻༻❀༻♥༻╝

  • yacine-036

    31/07/2018

    Salam aleikoum

    un petit clic sur mon clavier
    et je me retrouve ici avec toi
    la distance n'existe pas et qu'importe le jour et l'heure
    si tu n'y es pas il y a quand même un petit mot pour toi
    je te souhaite une bonne journée en ce mardi

    ░░░░░░░░░░▄▄▄░░░░░░░░░▄▄▄
    ░░▄░░░░░░▄█████▄░░░░░▄█████▄░░░░­­­­­­░░▄
    ░░██▄░░▄███▀░░░▀█▄░▄█▀░░░▀███▄░░­­­­­­▄██
    ░░████████▀░░░░░░▀█▀░░░░░░▀█████­­­­­­███
    ░░████████░░░░░░░░░░░░░░░░░█████­­­­­­███
    ░░▀████████░░░░░ bonjour░░░░░██████­­██▀
    ░░░░░▀██████▄░░░░░░░░░░░▄██████▀­­­­­­
    ░░░░░░░▀███████▄░░░░░▄███████▀
    ░░░░░░░░░░░▀▀▀███▄░▄███▀▀▀
    ░░░░░░­­­­­­░░░░░░░░░░░­­­­­­░▀

    gros bisous

Report abuse