article 17 : Une nana pas comme les autres

article 17 : Une nana pas comme les autres

Réalisation : Eric Civanyan
Scénario : Laurent Chouchan
Musiques : Daniel Boni, Celia Duval
Personnages inventés par Mimie Mathy
Photographe :  Norbert Marfaing-Sintes

Personnages principaux :

Mimie Mathy (Julie Toronto)
Thierry Heckendorn (Antoine Delile)
Micheline Dax (Christiane)
Lucile Boulanger  (Ludivine)
Renan Mazeas (Sébastien)
Mario Pecqueur (Maxime)
Martine Visciano (Cynthia)
Jacques Alric (Saragosse)
Claire Borotra (Edwige).
 
Résumé :

Julie Toronto, comptable dans une petite entreprise, présente sa démission à son patron. Elle confie le motif de son geste à son amie Cynthia : elle a trouvé l'homme de sa vie. L'heureux élu est Antoine Delile, chez qui elle avait commencé à travailler comme nounou. Avocat en province, il lui a proposé de venir vivre avec lui. Dans un premier temps, Julie est aux anges ; d'autant que les enfants d'Antoine, Sébastien et Ludivine, l'adorent. Mais Antoine brigue un poste de bâtonnier et comprend que ses ambitions ne sont pas forcément compatibles avec l'amour qu'il porte à une jeune femme mesurant un mètre trente-deux.....
 
1er diffusion le mercredi 12 avril 1995 sur France 2 : 11.7 millions de téléspectateurs
 
article 17 : Une nana pas comme les autres

Mimie Mathy : « Si on ne croit pas à l'amour, on ne croit plus en rien. »
 
Lucile Boulanger et Renan Mazeas, ses jeunes partenaires dans la suite d' « Une nounou pas comme les autres », sont venus lui rendre visite un dimanche. Nous avons ainsi découvert le nouvel appartement de celle qui fait « disjoncter l'audimat ». C'était aussi le moment d'une interview à c½ur ouvert.
 
Un vaste appartement près du Moulin Rouge, à Paris. Mimie Mathy a réussi à s'y installer malgré un emploi du temps de femme pressée. Elle donne interview sur interview pour cette suite d' « Une nounou pas comme les autres », bien partie pour battre des records d'audience.
 
Télé 7 jours : Vous avez dit, plusieurs fois, récemment, que vous étiez amoureuse ? C'est l'Arlésienne, cet homme-là. Tout le monde en parle mais personne ne le voit !
Mimie Mathy : Je confirme mais no comment. C'est ma vie privée.
 
Télé 7 jours : C'est vous qui le cachez ou c'est lui qui ne veut pas se montrer avec vous ? Comme Antoine cachant Julie « Une nana pas comme les autres ».
Mimie Mathy : C'est une décision commune. Notre histoire est très simple mais elle ne regarde que nous.
 
Télé 7 jours : Mimie a-t-elle connu le drame que vit Julie ?
Mimie Mathy : Non, même s'il y a beaucoup de moi-même dans le téléfilm. Ce n'est pas moi qui a construit la trame de l'histoire, notamment le fait qu'Antoine demande Julie en mariage.
 
Télé 7 jours : Vous y croyez, vous, à cette histoire de prince charmant ?
Mimie Mathy : Si on ne croit pas à l'amour, on ne croit plus en rien. Moi, je crois vraiment au prince charmant.
 
Télé 7 jours : Vous en avez rencontré beaucoup ?
Mimie Mathy : J'en ai connu, oui. Des moins charmants aussi ! Il faut aussi être ouvert. Si on ne l'attend pas, c'est sûr, il n'arrivera pas.
 
Télé 7 jours : Dans le téléfilm, Antoine n'est tout de même pas formidable, moralement ?
Mimie Mathy : Il n'est pas génial, mais il ne faut pas le situer dans notre milieu parisien. Il vit en province où le qu'en dira-t-on a beaucoup d'importance. Il est tiraillé entre son amour et sa carrière.
 
Télé 7 jours : Vous pardonneriez à un type comme lui, qui vous plaque méchamment et revient vous chercher la bouche en c½ur ?
Mimie Mathy : Il faut comprendre Julie. Dans la « Nounou », elle était paumée, son mec venait de la larguer, elle retrouve un équilibre dans cette famille qui l'adopte et elle tombe amoureuse.
 
Télé 7 jours : Quand on aime, on est prêt à tout ? Y compris à se laisser humilier par un homme qui a honte de vous ?
Mimie Mathy : On est prêt à beaucoup. Moi, je ne parlerais pas d'humiliation. Il est encore plus paumé qu'elle. On a vu dans la « Nounou » que, depuis la mort de sa femme, les gonzesses valdinguaient. Seule Julie lui apporte un semblant d'équilibre.
 
Télé 7 jours : Vous dites : « Là, je passerai, parce qu'il est paumé ». Sur quoi ne passeriez-vous pas ?
Mimie Mathy : Le radinisme (cri du c½ur), le manque d'humour, le racisme. Un raciste radin, alors là, je ne peux pas !
 
Télé 7 jours : Jusqu'où iriez-vous par amour ?
Mimie Mathy : Jusqu'à mettre ma carrière en veilleuse. Pas l'arrêter, mais sûrement jusqu'à faire passer ma vie privée avant.
 
Télé 7 jours : Un chagrin d'amour, c'est le comble de la misère ?
Mimie Mathy : Non, parce qu'on s'en remet. Ce n'est pas mortel. La preuve, c'est que je suis encore là. Quand j'ai un chagrin d'amour, j'appelle mes frangines, mes copines, je pleure un bon coup dans leurs bras, et ça repart.
 
Télé 7 jours : Dans le téléfilm, Antoine et Julie sont amants. Cela est dit mais jamais montré. Pourquoi ?
Mimie Mathy : On n'a pas fait « Basic instinct ». Il n'y a pas besoin de montrer ce que tout le monde sait et connaît. Ni du voyeurisme en nous roulant une pelle ou en me montrant me faire sauter dans un lit. C'est un choix, de ne pas choquer. Et ce n'est pas un film de cinéma. C'est un 20h30 à la télé.
 
Télé 7 jours : Vous dites qu'Antoine (Thierry Heckendorn) n'est pas votre genre d'homme. C'est qui, votre genre ?
Mimie Mathy : Un mélange de Kevin Costher et de Brad Pitt.
 
Télé 7 jours : Aimeriez-vous séduire ?
Mimie Mathy : Je fais un métier où on est obligé de séduire. C'est agréable de se mettre en valeur. Je me sers de mes atouts : mes yeux, mon visage, mon sourire. Je ne vais pas jouer les vamps. Je ne suis pas Sharon Stone. Chacun à sa place.
 
Télé 7 jours : Le happy end de la « Nana » avec un mariage en robe blanche, un rêve ?
Mimie Mathy : Le mariage n'apporte rien. Ce ne sont pas un maire et un curé qui feront qu'on restera ensemble. C'est vrai que je rêve de remonter la nef de l'église au bras de mon papa.
 
Télé 7 jours : Dans votre livre et dans la « Nana », vous dites qu'il y a une chance sur deux pour que, si vous aviez un enfant, il soit comme vous. Vous dites que si vous appreniez que c'est le cas, vous ne le garderiez pas.
Mimie Mathy : Ce risque est scientifiquement réel. Pour le reste, on va clore ce chapitre. Je ne veux pas avoir à m'en justifier. Je sais que cela choque certaines personnes. Je n'ai pas à commenter cette déclaration. Les autres s'en chargeront pour moi.
 
Télé 7 jours : Avoir un enfant reste-il votre plus grand désir ?
Mimie Mathy : Oui, très fort. Je suis sûre que j'en aurai un. A n'importe quel prix.
 
Télé 7 jours
Propos recueillis par Marie-Claude Chane-Tune
Photos D. Doumax
Droit d'auteur de cette interview
 
▄▄▄▄▄▄▄▄▄▄▄
VIDEOTHEQUE
 
 
Blog sur Mimie Mathy
mimiemathylove270805
Publié par Sophie R.

Tags : livres - films

Report abuse